samedi 31 décembre 2016

Travailler tue ! par Yvan Robin


Résumé
Hubert Garden est chargé de veiller au respect des procédures de sécurité dans une société de travaux publics. Un job largement dans ses cordes. Sauf que les accidents se succèdent sans qu’il y puisse grand-chose. Et que sa hiérarchie, l’estimant responsable, décide de le déclasser. Le spécialiste du «zéro accident» entame alors une croisade mortelle contre cette boîte ingrate.

Avis
Ce n'est pas le premier livre de cet auteur mais c'est le premier chez Lajouanie et je ne l’espère pas le dernier. Ce livre avait été encensé par Gérard Collard. C'est ce que je considère comme un gage de qualité même si j'ai parfois été déçu par certaines de ses recommandations.
C'est l'histoire de Hubert et de sa femme Diane. C'est un couple plutôt banal. Ils vivent dans une caravane en attendant que leur maison soit construite mais cela semble être long. Diane tente comme elle peut tout au long du livre d'entretenir son jardin. On sent que c'est quasiment une obsession pour elle, pour se sortir de son quotidien. Dans la vie, elle travaille dans une maison de retraite. Elle n'aime pas son travail on le comprend très vite. Je comprenais ce qu'elle ressentait par rapport à son travail qu'elle a sûrement apprécié au début mais qui est vite venu dégradant pour elle. Cette femme est aussi bouleversante car on sent que la vie ne l'a pas épargné, elle a été victime de nombreuses fausses couches. Sa relation avec son mari est très difficile. Hubert lui travaille dans une entreprise de construction, il est en charge de la sécurité. On comprend assez vite que rien ne va vraiment dans son travail (comme dans sa vie). Il est soumis à une forte pression de la part de ses supérieurs et très vite il le vit extrêmement mal. On apprend que mentalement il est faible et souffre de crises d'angoisse qui lui font faire des choses assez extrêmes.
On ne peut pas dire que l'on s'attache aux personnages car là n'est pas l'essentiel du livre selon moi. L'essentiel est l'histoire que vont vivre Hubert (principalement) mais aussi sa femme face à leur travail respectif. Ces deux personnages ne supportent plus leur travail et la pression à laquelle ils sont confrontés. Leur couple va même en souffrir. L'un et l'autre vont péter les plombs. Hubert est celui qui part vraiment en live, il sombre dans une folie meurtrière pour se venger. L'auteur nous questionne (selon moi) sur notre rapport au travail : qu'est que nous sommes capable de supporter dans notre travail ? Notre travail ne nous aliène t il pas ? A travers ces deux personnages la montée en puissance dans la folie est très bien décrite. Elle est cependant lente. Le livre a un peu de mal à décoller, je me suis demandé quand est ce que cela allait enfin bouger car on s'ennuie un peu au début. Mais l'écriture est quand même agréable quoi qu'assez étrange au début. On passe de moment à la troisième personne du singulier à des moments où Hubert ou Diane se parlent à eux même. Mais ces changements, une fois habitué, sont intéressants pour mieux les comprendre.
Ce livre n'est donc pas un coup de cœur mais c'est une lecture qui m'a fait beaucoup réfléchir et au final j'ai passé un bon moment à suivre ces deux personnages dans cette spirale infernale. C'est un livre très noir mais avec un message sur notre société et notre rapport au travail que beaucoup devrait lire.



Éditeur : Editions Lajouanie - Date de parution : 23 Octobre 2015 - Prix : 18 euros - 248 pages

lundi 26 décembre 2016

A mort le chat ! par Jérémy Bouquin


Résumé
Pour convaincre les Français des bienfaits des OGM, un lobbyiste végétarien se met en tête que c’est en province qu’il dénichera le porte-parole idéal… Le jeune homme quitte donc la capitale, accompagné de son chat, pour la France profonde au volant d’une somptueuse berline. Pour tout bagage : un sac bourré d’amphétamines ! Le matou peu sensible aux joies de ce voyage en terre inconnue sera le témoin de la cruelle descente aux enfers de son maître…

Avis
C'est le second livre de cet auteur que je lis. Il vient de ma maison d'édition préférée : Les Editions Lajouanie ! Je vais me répéter mais le livre en tant qu'objet est comme à chaque fois ; sublime, parfait, magnifique.... Jusqu'à maintenant je n'ai pas été déçu par le contenu ! 
Le précédent livre de Jérémy Bouquin était dingue et très réussi. Celui ci ne déroge pas à la règle avec seulement un petit bémol.
Déjà parlons du premier chapitre. Nous sommes prévenu sur la quatrième de couverture que les amis des chats risquent de tourner de l’œil. Je pensais qu'après le chat dans un micro - onde (Territoires par Olivier Norek) je pouvais à peu près tout supporter. Et bien là j'étais pas loin de faire une insomnie et de régurgiter mon dîner...Mais je n'ai pas pour autant abandonné et heureusement ! 
Le personnage principal du livre est complètement cinglé ou c'est un génie ou les deux, question de point de vue. C'est un très grand drogué à tout ce qu'il peut exister ainsi qu'un grand alcoolique et c'est un amateur de félins. On sait déjà que les choses avec lui vont partir dans tout les sens. Mais comme pour se donner bonne conscience il est végétarien. C'est un lobbyiste. Il gagne beaucoup d'argent et aime le dépenser. Cela donne parfois le vertige tellement cela lui semble naturel. C'est un personnage que l'on déteste mais qui nous fait aussi rire tellement il est dans l'extrême.
L'histoire est complètement dingue et part assez vite dans tout les sens. On comprend assez vite qu'avec le personnage principal on part dans une spirale infernale qui va s’accélérer progressivement. Plus on avance plus les ennuis arrivent. Le style d'écriture est cru, parfois vulgaire et surtout sans détour. Cela colle parfaitement avec le personnage principal, on ressent mieux ce qu'il vit. Pour cela le livre est très réussi car ça rend la lecture très fluide et rapide. Tout s'enchaîne vite et on ressent bien la montée en puissance. 
Le seul petit bémol est la fin. Elle m'a laissée un goût étrange. Je l'ai trouvé un peu rapide et bizarre. Elle n'est pas pour autant raté mais on n'est pas passé loin. Sans en dire trop j'aurais préféré que cela se finisse différemment pour le personnage principal mais on a enfin des réponses à des questions que l'on a pu se poser avant (exemple : pourquoi entend t il des voix ?). Mais cela ne pouvait peut être pas finir autrement.
C'est donc un livre qui n'est pas fait pour les âmes sensibles mais ce fût un vrai plaisir de le lire.

Éditeur : Editions Lajouanie - Date de parution : 17 Avril 2015 - Prix : 18 euros - 268 pages

jeudi 22 décembre 2016

Les nuits nantaises aux inconnus par Delphine Bilien


Résumé
Maxime anime une émission nocturne sur une radio locale nantaise. Rien d’extraordinaire. Les plaintes des uns se succèdent aux railleries des autres. Jusqu’à ce qu’un auditeur vienne bousculer sa routine. Les sujets abordés déroutent rapidement le jeune homme : violence sur les enfants, sur les femmes… Cela devient d’autant plus troublant que des individus jugés pour ces crimes meurent brutalement. Simple coïncidence ou justice personnelle ?
Loin d’être un enquêteur né, Maxime va pourtant devoir agir rapidement et suivre son instinct.

Avis
Delphine fait partie des auteurs qui ne m'ont jamais déçus. Depuis son premier livre, c'est un vrai coup de foudre littéraire. J'ai toujours pris un plaisir immense à lire ses livres. Et en plus de bien écrire c'est une personne adorable. Et cette fois ci......elle a encore réussi à me surprendre !
Ce livre est un one shot avec pour une fois personnage principal masculin ! Maxime travaille dans une radio. Il a crée sa propre émission pour payer ses études et ensuite devenir auteur. Mais son avenir n'est pas brillant. On sent que ce travail est devenue un travail alimentaire faute de succès. Il est plutôt banal en apparence. Mais ce qu'il va lui arriver va le changer. Un soir, un auditeur appelle pour lui parler d'un sujet qui le révolte, la violence sur les enfants. Dans les jours qui suivent un homme est retrouvé mort, il était accusé d'avoir fait du mal à ses enfants. Est ce une coïncidence ? Après un second appel qui entraîne lui aussi un décès, Maxime va se découvrir une âme d'enquêteur. Mais cette enquête ne sera pas facile. A un moment, j'ai cru trouver qui était derrière ses meurtres mais je me suis faite avoir car cela n'est pas aussi simple. 
Le livre étant court, tout s’enchaîne assez vite. La lecture est fluide et agréable comme à chaque fois. Le rythme est là sans être trop intense sauf à la fin dans l'avant dernière scène où l'on retient son souffle ! Le thème abordé interpelle le lecteur. Que ferions nous si nous étions face à un être humain qui commet des violences sur un être humain sans défense ? A un moment, l'auditeur inconnu parle de ces situations où nous n'agissons pas car nous avons trop peur comme quand quelqu'un se fait agresser dans un bus. Le thème est très bien abordé car l'auteur nous laisse libre de notre choix et nous montre les réponses possibles dans le livre.
Delphine a encore réussi son coup même si ce livre ne fera pas partie de mes préférés mais elle maîtrise l'art du suspens ! C'est donc un petit coup de cœur pour ce court polar dans une ville que j'adore : Nantes !

Éditeur : Geste Editions - Date de parution : 2016 - Prix : 9.90 euros - 160 pages
http://www.gesteditions.com/geste-noir/les-nuits-nantaises-aux-inconnus

mardi 20 décembre 2016

Le Cri par Nicolas Beuglet


Résumé :
Hôpital psychiatrique de Gaustad, Oslo. À l'aube d'une nuit glaciale, le corps d'un patient est retrouvé étranglé dans sa cellule, la bouche ouverte dans un hurlement muet. Dépêchée sur place, la troublante inspectrice Sarah Geringën le sent aussitôt : cette affaire ne ressemble à aucune autre...
Et les énigmes se succèdent : pourquoi la victime a-t-elle une cicatrice formant le nombre 488 sur le front ? Que signifient ces dessins indéchiffrables sur le mur de sa cellule ? Pourquoi le personnel de l'hôpital semble si peu à l'aise avec l'identité de cet homme interné à Gaustad depuis plus de trente ans ?
Pour Sarah, c'est le début d'une enquête terrifiante qui la mène de Londres à l'île de l'Ascension, des mines du Minnesota aux hauteurs du vieux Nice.
Soumise à un compte à rebours implacable, Sarah va lier son destin à celui d'un journaliste d'investigation français, Christopher, et découvrir, en exhumant des dossiers de la CIA, une vérité vertigineuse sur l'une des questions qui hante chacun d'entre nous : la vie après la mort...
Et la réponse, enfouie dans des laboratoires ultrasecrets, pourrait bien affoler plus encore que la question !

Avis
Ce livre est un des gros succès de la rentrée 2016 en terme de thriller. Ce n'est que le second livre de cet auteur qui avait publié son premier roman sous un pseudonyme ( Le premier crâne par Nicolas Sker chez Michel Lafon).
L'histoire commence avec l'un des personnages principal : Sarah. Elle est inspectrice à Oslo. Au début du livre, elle est en train de se séparer de son compagnon. Elle est bouleversée, je dirais même qu'elle est sur le point de basculer dans la folie tellement elle semble affectée. Mais l'enquête dont elle va avoir la charge va lui maintenir la tête hors de l'eau. Elle va s'y plonger corps et âme jusqu'à risquer sa vie à de nombreuses reprises. Du coup on découvre une autre facette de sa personnalité. Elle devient très froide, elle ne montre rien. Mais un personnage va la déstabiliser et commencer à briser cette carapace. Son enquête commence dans un hôpital psychiatrique terrifiant. L'image que l'on peut avoir pourrait s'apparenter à ces vieux bâtiments hantés. Dans ce lieu, qui est le point de départ, les événements vont s’enchaîner très vite. Le rythme va être très intense et on se dit que l'auteur a "un œil de caméra" au vue de l’enchaînement et des descriptions mais aussi à cause de la composition des chapitres. A la fin d'un chapitre, on a tout de suite envie de passer au suivant.
L'enquête va ensuite la mener en France et lui faire rencontrer le deuxième personnage principal du livre (selon moi) : Christopher. C'est un ancien reporter de guerre qui donne des cours. Suite à l'accident de son frère (dont il sera beaucoup question) il doit s'occuper de son neveu. On comprend à travers le point de vue de Sarah que cela a tout changé dans sa vie. Le tombeur a dû s'improviser "papa". Il devient un personnage très attachant. Les événements auquel il va être confronté vont le pousser dans ses retranchements mais il restera debout malgré tout.
L'histoire est très complexe mais extrêmement bien écrite. A de nombreuses reprises, le lecteur aurait pu se perdre mais l'auteur évite cela. On sait dès le début que l'enquête va être longue et complexe mais en faite elle l'est bien plus que l'on ne peut l'imaginer. Sarah, l'enquêtrice, part avec très peu d'éléments et elle doit avancer lentement. Plusieurs fois on pense qu'ils n'arriveront pas au début. Le suspense est très bien entretenu sans qu'il y est de longueurs. 
De manière générale, on ressent bien que l'auteur est scénariste car ce livre pourrait très facilement devenir un film ou peut être une série. Cela rend le livre très facile à lire avec par moment des passages qui font que l'on ne peut pas lâcher le livre. On sent aussi que l'auteur a fait beaucoup de recherches. Certains passages contiennent beaucoup de détails et ainsi les éléments important pour l'histoire sont bien posée.
C'est un coup de cœur ! Il est tout à fait normal que ce livre est autant de succès car c'est un thriller de qualité qui nous amène à réfléchir.

Editions : XO Editions - Date de parution : 8 Septembre 2016 - Prix : 19, 90 euros - 494 pages

vendredi 2 décembre 2016

Tout plaquer et aller prendre un bain par Mathou


Résumé
Ce livre est un livre poétique, pour faire sourire, pour faire rire, pour se dire ah oui tiens, c’est vrai, j’avais oublié tout ça. Mathou aime glaner des petits moments, mettre de côté dans un coin de sa tête des petits plaisirs, des petits bonbons de bonne humeur ou de joie simple qui permettent d'avancer et de positiver - parfois. Ce livre est une succession de petits moments, vécus ou fantasmés, bien réels ou rêvés, aperçus, à peine entrevus, passés trop vite.... Le temps file et nos souvenirs avec, ce livre est là pour se souvenir de ces moments, qui aident à voir la vie du côté le plus joli possible.

Avis :
Un nouveau livre de Mathou c'est un peu la promesse de passer un excellent moment où l'on va rire, verser une petite larme ou simplement sourire.
Ce nouveau livre avec des dessins inédits est un recueil de moments de la vie de tous les jours qui s'adressent aussi bien aux personnes en couple avec enfants ou pas comme aux personnes célibataires comme moi. Je crois que ce livre m'a plus touché que le précédent de part le faite qu'il y est ces moments que l'on a tous vécu au moins une fois.
Le livre se divise en trois partis. La première s'intitule "Les petits moments de tous les jours". On y retrouve tous les moments qui composent une journée typique, du lever au coucher. Mathou nous parle d'elle mais aussi un peu de nous car on peut se reconnaître dans certains dessins comme celui sur l'odeur du café le matin ou encore de commencer le bout de la baguette sur le chemin du retour.
La seconde partie s'intitule "Les Petits moments de temps en temps". Ce sont des situations de la vie de tous les jours qui parlent selon moi à tout le monde sans exception. Il y en a une que je dois citer c'est celle sur l'odeur des livres ! Elle m'a d'abord fait penser à moi mais aussi à quelques amateurs de livres. 
La dernière partie du livre qui s'intitule "Les Petits mots qui font du bien" est celle qui m'a le plus touchée. Les dessins sont sur une double page et ils "font du bien". Les messages sont simples mais extrêmement beaux. J'ai même envie de dire qu'avec tout ce qu'il s'est passé en 2015 ils sont nécessaire pour garder le moral et l'espoir.

Ce livre est donc un gros coup de cœur et je le recommande chaudement comme un beau cadeau sous le sapin pour offrir un peu de bonheur. Vivement le prochain ! 

Éditeur : Monsieur Pop Corn - Date de parution : 24 Novembre 2016 - Prix : 12 euros - 144 pages

mardi 29 novembre 2016

Une forêt obscure par Fabio M. Mitchelli


Résumé
" Je n'ai rien d'un monstre. Je suis là uniquement pour nourrir l'esprit de la forêt, en lui offrant la chair de la jeunesse. " Daniel Singleton, alias Robert Christian Hansen (1939-2014), le monstre d'Anchorage. 
À Montréal, Luka diffuse sur le Web les images des animaux qu'il torture, puis celles de son amant qu'il assassine à coups de pic à glace. Pour enquêter sur une telle affaire, il faut un flic borderline comme Louise Beaulieu.
En Alaska, dans la petite ville de Juneau, deux jeunes filles sont découvertes en état de choc. Pour comprendre, il faut un flic comme Carrie Callan, qui va exhumer les vieux secrets et regarder le passé en face.
Le point commun à ces deux affaires : Daniel Singleton, un tueur en série. Du fond de sa cellule, il élabore le piège qui va pousser Louise à aller plus loin, toujours plus loin... Jusqu'à la forêt de Tongass, là où le mensonge corrode tout, là où les pistes que suivent les deux enquêtrices vont se rejoindre.
Ce roman est librement inspiré du meurtre commis par Luka Rocco Magnotta en 2012, ainsi que des crimes de Robert Christian Hansen, qui a violé et assassiné 17 femmes entre 1971 et 1983.

Avis
Ce n'est pas le premier livre de Fabio Mitchelli. Mais pour moi c'était le premier que je lisais donc je n'avais aucun avis concernant cet auteur. Ce livre a été encensé par Gérard Collard. Rien qu'avec ça, on se dit que le livre doit être bon ou du moins qu'il mérite d'être lu.
Dès le début, l'auteur nous informe qu'il s'est inspiré de faits réels mais aussi de deux serials killers mais que le livre reste une fiction. On va en faite être à la limite entre ce qu'il s'est passé et la fiction en permanence. Certains détails sont extrêmement proches de la réalité voir même plus. 
Dans ce livre il y a plusieurs histoires que l'on peut en faite regrouper en deux distinctes pendant une bonne partie du livre. 
D'un côté il y a l'histoire de Luka Ricci mené par Louise Beaulieu à Montréal. C'est une enquêtrice très particulière. Elle est très marquée par la perte d'un être proche et elle va devenir accro aux jeux d'argent principalement. Elle a un style bien à elle dans sa manière de mener l'enquête et d'être. Je l'ai beaucoup aimé car quand elle parlait j'avais l'impression d'entendre ce charmant accent. Le vocabulaire utilisé m'a rappelé de bons souvenirs. J'aurais eu envie, pour mon petit plaisir personnel, qu'elle parle plus. On va aussi se retrouvé avec le tueur et le suivre dans sa démarche et sa façon de penser. Il est extrêmement dérangeant. On comprend très vite à quel point il est perturbé. On ne sait pas au début comment il en est arrivé là, il va falloir être patient pour le savoir. Certaines scènes avec le tueur sont bien décrites avec juste ce qu'il faut d'horreur pour faire frissonner le lecteur.
Puis nous avons l'histoire en Alaska avec Carrie Callan. Deux jeunes filles sont retrouvées sur le bord de la route. Elles ont été torturées d'une manière bien particulière et étrange. On avance très lentement dans cette affaire. Elle est très complexe et parfois un peu trop. L’enquêtrice est une mère de famille seule qui "élève" sa toute jeune fille atteinte de la progéria. Sa fille vit en faite en grande partie à l’hôpital. On sent que Carrie tient comme elle peut pour sa fille mais elle sait que l'issu sera fatal. Elle force le respect rien que pour ça. 
Ces deux histoires vont donc se rejoindre. Cela va prendre beaucoup de temps et peut parfois paraître très flou. A plusieurs reprises j'ai posé le livre pour faire le point et comprendre comment l'ensemble des éléments s’articulait entre eux. Ces deux affaires ne vont en former qu'une seule mais comporte plein de ramifications avec des affaires secondaires. C'est un livre que j'ai trouvé pendant un bon moment assez complexe. Tout s’enchaîne assez vite mais il y a quand même comme des rappels pour ne pas perdre le fil (voir même la corde tellement c'est énorme) de l'enquête. L'ambiance du livre est très noire. Elle est bien décrite et on s'y plonge facilement, comme dit plus haut : on en frémit ! Les personnages sont en majorité assez borderline mais ils sont bien amenés dans l'histoire. Il faut là aussi de la patience pour comprendre l'implication précise de certains dans l'histoire. Il y a une chose que j'ai bien aimé mais qui peut paraître comme un détail. L'action continue de se dérouler même quand on passe à un autre chapitre ou alors que l'on change de lieu et de personnage. Au début cela peut paraître étrange mais cela évite de perdre du temps.
Ce livre ne sera donc pas un coup de cœur mais j'ai quand même passé un bon moment. Le livre est complexe mais bien écrit, on a tout ce qu'il faut dans la juste mesure sans plus. Les amateurs de serials killers en auront pour leur compte.


Éditeur : Robert Laffont - Collection : La Bête Noire - Date de parution : 15 Septembre 2016 - Prix : 20 euros  -  416 pages

mardi 22 novembre 2016

Les démoniaques par Mattias Köping


Résumé : 
C'est l'histoire d'une vengeance.
L'histoire d'une fille qui affronte une bête.
Son proxénète, son violeur.
Son père.
Drogues, meurtres, esclaves sexuelles, pédophilie. Au cœur d'un village qui borde l'autoroute, entre marécages lugubres et forêts profondes, un monstre se déploie.
Depuis la Souille, son repère situé au cœur de la forêt, l'Ours dirige son clan d'une poigne de fer et repousse chaque jour les frontières de son empire criminel.
Sa fille Kimy n'a qu'une obsession : attendre froidement l'heure de la vengeance. Car si personne ne se souvient de son visage, nul n'oubliera sa colère. 

Avis
C'est le premier livre de Mattias Köping et le premier des éditions Ring que je lis. Cette maison d'édition a été au cœur de quelques polémiques avec entre autre un dessinateur qu'ils publient. Ce livre avait attisé ma curiosité à sa sortie par la première page et la 4ème couverture. L'histoire semblait très violente....Et c'est effectivement le cas.
Tout se passe dans la campagne française qui d'ordinaire est si paisible. Avec cette histoire on la verra sûrement d'un autre œil. Tout commence avec la jeune Kimy, elle a tout juste 18 ans et elle a été violée par son père et une partie de sa famille. C'est une jeune fille plutôt jolie mais très peu éduqué. Mais elle est très débrouillarde et pas si bête que ça. Elle fait partie de l'entreprise de son père qui consiste à la vente de drogues et de prostitution avec blanchiment d'argent. Son père s’appelle Jacky Mauchrétien mais il est surnommé "l'Ours". C'est un personnage très imposant, vulgaire, sale, sadique...la liste est longue pour le qualifier.
Kimy va vouloir se venger. Elle sera aidée d'un homme, Henri. C'est un prof qui vit seul, il est divorcé et dépressif. C'est une bouffée d'oxygène ce personnage. Avec lui tout est plus calme et plus simple. Il va se retrouver malgré lui confronté à la violence.
Tout est très sombre dans cette histoire. L'ambiance de la campagne est décrite de manière inquiétante. Tous les personnages sauf Kimy et Henri sont franchement détestables. Ils ne sont que violence. L'auteur la décrit tellement bien qu'on la ressent. Le langage est souvent très violent quand cela est nécessaire mais il est aussi très recherché pour le style sans être plombant.
L'histoire est partagée entre la vengeance de Kimy, son histoire avec Henri et ce qu'il se passe avec l'Ours. Vers la fin du livre une autre histoire se rajoute c'est celle de l'enquête.
La relation entre Kimy et Henri est sublimement bien écrite. J'ai trouvé ça très beau car simple, honnête et direct. Ils s'apprivoisent l'un l'autre, font connaissance. Leur histoire m'a touché.
La partie enquête vers la fin du livre est très bien traité. Pour moi qui fais un peu de droit, j'ai adoré la précision dans les termes et la façon de procéder.
Le majeur parti du livre traite de l'entreprise de "l'Ours". C'est extrêmement violent. Beaucoup de scènes de viols et de tortures. Mais c'est très bien écrit. Que les âmes sensibles s'abstiennent !
C'est une histoire très bien rythmé et très bien construite. On ne s'ennuie pas une seule seconde. Tout s’enchaîne à la perfection. Et la fin ! Là j'avoue que j'ai un peu détesté l'auteur sur ce point mais je le comprend aussi.
C'est donc un gros coup de cœur ! 

Éditeur : Ring - Date de parution : 6 Octobre 2016 - Prix : 21 euros - 392 pages

dimanche 20 novembre 2016

La petite musique de mort : Traque à Limoges par Marie Wilhelm


Résumé :
Caroline vit une adolescence choyée sous le soleil de la Martinique. Un soir, son monde bascule dans l'horreur. A la suite de la tragédie, elle se réfugie chez une vieille tante à Limoges. Elle y mène une existence anonyme jusqu'à ce que son passé la rattrape... De son côté, le commissaire Savigny de la SRPJ de Limoges et ses lieutenants nagent en plein brouillard. Un meurtre d'une rare cruauté a été commis, venant rompre le calme de la paisible capitale limousine. Les policiers, malgré leurs efforts, ne trouvent pas le commencement d'une piste. Aucun d'entre eux ne se doute que, quelque part en ville, une très jeune femme court un grave danger et qu'une chasse mortelle vient de s'engager et qui finira en plein cœur de la forêt limousin

Avis :
C'est le second livre que l'on m'envoie juste pour mon blog. J'ai rencontré l'auteur à Toulouse pour le salon Polar du Sud. Ce salon m'aura décidément apporté beaucoup ! 
L'action se déroule à Limoges avec deux enquêtes qui semblent bien distinctes. La première est liée à des corps de jeunes femmes retrouvées mortes dans des conditions horribles. La seconde enquête commence bien des années avant en Martinique. Caroline est la seule survivante de sa famille. Son père semble être lié à un vol d'émeraude qui transitait par son entreprise. Caroline va être enlevé, torturé et violé à de nombreuses reprises. Les passages sont décrits avec juste ce qu'il faut de violence pour nous secouer.
On va donc alterné entre ces deux histoires avec des personnages propres à chacune et bien sûr une équipe de police propres à chacune : des gendarmes et des membres du SRPJ.
Côté personnage, le personnage principal est Caroline. C'est une jeune femme qui est très marqué par ce qui lui est arrivé et qui tente de survivre comme elle peut. Je l'ai trouvé très courageuse et elle impose le respect car malgré les horreurs qui lui ai arrivé et qui lui arrive dans le livre, elle reste debout. 
Nous avons aussi Jim. C'est celui qui a séquestré, torturé et violé Caroline. C'est un personnage immonde mais qui fait peur. Mon ressenti a été très contradictoire car d'un côté il fait peur et d'un autre on se demande pourquoi il ne s'est pas fait choper plus tôt. Il est quand même très malin. 
Il y a d'autres personnages qui même traité très légèrement m'ont paru très attachant comme le lieutenant Bellevue et Agathe. Tous les deux ont à coeur de défendre Caroline. Côté enquêteur, l'auteur aborde la vie personnelle du commissaire Bertrand Savigny. C'est intéressant de le voir en dehors de l'enquête et de voir l'impact de son travail sur sa vie personnelle.
L'histoire de manière générale est bien construite. On alterne entre les deux enquêtes une fois l'histoire bien avancée. Le suspense est là jusqu'à la fin qui est plutôt bien réussite. Plus la fin approche plus on la redoute. Il y a cependant des choses qui m'ont dérangées. Tout d'abord quand l'auteur décrit certains personnages, les références à leurs souvenirs sont soit trop longue ou alors sans intérêt pour l'histoire. Parfois cela m'a un peu perdu dans le fil de l'histoire. La première digression vers le passé d'Agathe était longue et pas intéressante. À un moment l'auteur fait intervenir un journaliste, j'aurais aimé que son histoire soit plus développée si elle était importante pour l'histoire. Tel quel elle n'apporte pas grand chose à l'histoire.
Malgré quelques défauts c'est un livre qui se lie très bien et avec lequel on passe un moment agréable.

Éditeur : Editions Wartberg - Date de parution : 17 Septembre 2015 - Prix : 10,90 euros - 206 pages

mardi 15 novembre 2016

Atomes crochus par David Khara


Résumé :
Aéroport de Fort Worth, Dallas. Deux voyageurs essoufflés viennent de rater leur vol pour Paris et se le reprochent mutuellement : Enzo Meazza, un criminel en col blanc tout juste sorti de prison, et Janet Livingston-Pierce, ingénieur en déplacement professionnel. L'avion explose quelques secondes après son décollage... A peine remis du choc, ils sont pris pour cible par des hommes armés. Pourquoi en ont-ils après eux ? Leur commanditaire serait-il le mystérieux Griffon traqué par le FBI depuis des années ? Une seule certitude : Janet et Enzo n'auraient jamais dû se rencontrer...

Avis
Depuis le temps que j'attendais un nouveau livre de Monsieur David Khara ! J'avais tellement hâte de le lire à nouveau ! David Khara fait partie de ce petit groupe d'auteurs dont j'aime autant les livres que la personne. Je l'admire même, j'ai un respect immense pour cet homme.
Ce livre est one shot. Mais on reste dans un genre qu'il maîtrise : le thriller. L'histoire se déroule dans un pays qu'il commence à bien connaître : les Etats Unis. Il nous emmène dans une vraie course poursuite. Elle va monter en puissance au fur et à mesure des pages. Cela va se faire rapidement mais sans être bâclé. 
On va prendre le temps de faire connaissance avec les personnages. Enzo Meazza sort tout juste de prison. C'est un avocat qui a fait fortune en escroquant un paquet de monde. Au début il parait très dur et très malin, il a un côté dandy très marqué. Mais on va sentir que ces années de prison l'on fatigué et plus on va en savoir sur lui plus sa carapace va se fissurer.
Janet Linvingston-Pierce travaille pour l'AIEA (Agence Internationale de l'Energie Atomique). Elle avait été envoyée en urgence sur une mission suite à un séisme. Elle parait très sérieuse dans son travail et aussi assez banale dans sa façon d'être. C'est quand même un personnage très agréable mais sur lequel je n'ai pas accroché plus que ça.
Ces deux personnages qui n'ont aucun rapport vont devoir collaborer pour survivre. Cela donne des situations drôles, souvent tendues mais aussi des rapprochement tout en simplicité et très beau.
L'histoire est très bien construite. Elle est riche en détail qui montre qu'encore une fois l'auteur a fait un gros travail de recherche. On apprend donc beaucoup de choses, par exemple sur ce que fait Janet ou sur ce qu'a fait Enzo. Le rythme est bon et il s'accélère vers le milieu du livre quand un retournement de situation survient. C'est quelque chose que je n'avais pas du tout vu venir et j'ai adoré! Mais comme souvent dans un livre de David Khara, le côté humain est très développé. Que ce soit pour montrer ce qu'il y a de plus beau ou le pire. Cela lui sert à dénoncer des choses très actuelles que le lecteur va tout de suite comprendre. A la fin du livre il y a une grande tirade d'Enzo que j'ai trouvé extrêmement juste et qui fait passer un très beau message. 
Et la fin du livre ! Là c'était très très réussi jusqu'à la dernière page. J'avoue avoir été à deux doigts de verser une petite larme. J'avais envie de prendre l'un des personnages dans mes bras.
Dans ce livre, il y a donc de l'humain, de l'humour, de l'amour....et tout ce que j'aime dans un livre de David Khara. Ce livre est donc naturellement un coup de coeur car je n'ai pas été déçu. Vivement le prochain !!

Éditeur : J'ai lu - Date de parution : 5 Octobre 2016 - Prix : 7,80 euros - 377 pages

samedi 12 novembre 2016

Nos 14 Novembre par Aurélie Silvestre


Résumé :
« C'était un vendredi, la vie était belle ». Le cauchemar est arrivé un soir de novembre sans crier gare et la vie d'Aurélie ne sera plus jamais comme avant. Matthieu avait prévu de rentrer tôt après le concert d'Eagles of death metal. A 21h46, il lui envoie son dernier texto : « ça, c'est du rock ». Quelques secondes plus tard, les terroristes entrent au Bataclan et font basculer des dizaines de familles dans l'horreur. Matthieu ne reviendra pas.
Aurélie, au moment du drame, est mère de leur fils de trois ans et enceinte de cinq mois. Entre deuil et naissance, le livre raconte, d'un automne sanglant à un printemps layette, le combat invisible et émouvant d'une jeune femme qui ne veut pas renoncer à l'énergie, à la joie et au bonheur. Comment préparer une naissance lorsque l'on pleure le père de l'enfant à venir ? Comment rebondir quand tout vous assigne au statut décourageant de victime ? En partant de photos qui disent la quotidienneté de l'absence et la puissance de la vie qui s'accroche, elle témoigne de ce que fut une histoire d'amour assassinée et de ce que sera sa famille, amputée mais debout.
Quand la vraie vie ressemble à une tragédie où la mort et la vie se livrent un combat féroce.

Avis
Il y a des livres que l'on doit lire d'une seule traite. Cette année c'est le deuxième fois que je lis en une fois un livre car c'est essentiel pour mieux ressentir le texte. Le premier livre que j'ai lu d'une traite est celui d'Antoine Leiris ("Vous n'aurez pas ma haine"chez Fayard). Comme celui ci il parle de ceux qui restent après les tragiques événements du 13 Novembre 2015.
Aurélie nous raconte ce qu'elle a vécu du soir du 13 Novembre et les jours suivants. Certains passages sont absolument bouleversant comme celui où elle est avec son fils dans la salle du bain après qu'il ait fait une crise : "- Tu crois que j'ai mérité ça ?
                                                ........
                                                - Et moi, tu crois que j'ai mérité ça ?".
Dans les jours qui vont suivre ce tragique soir, elle va tout nous dire. Elle partage tous les sentiments qu'elle ressent. On sent que parfois tout est confus et que tout s'emballe. Mais je l'ai trouvé courageuse car elle continue d'avancer pour elle mais aussi pour ses enfants. Elle m'a touchée dans ses mots. Son écriture est parfaite et sincère. Elle a écrit ce livre avec son coeur et dans la simplicité. Il n'y a aucune haine, juste la volonté d'avancer.
Un autre passage est aussi très intéressant c'est celui où elle parle des différents stades du "deuil" ou plutôt de l'après : l'arrachement, le manque, l'absence. Elle les décrit comme étant des personnages qui l'accompagne. Elle décrit ce qu'elle ressent avec précision avec eux. On arrive presque ainsi à la comprendre même si on ne peut pas comprendre ce qu'elle vit.
Elle va aussi nous parler du passé et de comment où ils se sont rencontrés jusqu'à la naissance de leur premier enfant. Ce livre est une manière pour elle de garder une trace de ce passé pour ne pas l'oublier et pour que ses enfants puissent le connaître aussi. 
Ce livre m'a pris aux tripes. C'est un livre d'une grande puissance, d'une grande force qui vous traverse de part en part mais qui est aussi plein d'espoir. Ce livre commence avec la mort pour se finir avec la vie qui continue.
C'est à lire absolument, pour se souvenir de ce qu'il s'est passé et de l'impact. C'est une sublime leçon de vie.

Éditeur : JC Lattès - Date de parution : 9 Novembre 2016 - Prix : 15 euros - 270 pages

dimanche 6 novembre 2016

Lux par Maud Mayeras


Résumé
C'est l'histoire d'un retour, d'une sentence et d'une vague qui monte à l'horizon.

2016. Antoine Harelde débarque à Ceduna, dans les terres arides du sud de l'Australie.
Vingt ans auparavant, il a passé un été dans cette petite ville perdue et, en l'espace de trois mois qui l'ont vu quitter l'adolescence, il a connu la joie, l'amitié, l'amour et l'horreur.
Aujourd'hui il est un homme. Il n'a pas oublié, il n'a rien pardonné.
Mais la justice prend d'étranges et inquiétantes couleurs à la lumière de l'apocalypse. 

Avis :
C'est le second livre de Maud Mayeras que je lis. Le précédent "Reflex" ne m'avait séduit qu'à moitié mais ce n’était pas une grosse déception. Pour son dernier, j'ai entendu tellement d'excellentes critiques qu'au bout d'un moment j'ai dû bouleverser mon programme de lecture pour m'y plonger.
Antoine, le personnage principal, est un français qui débarque en Australie avec sa mère. Il se sent un peu seul mais il se lie d'amitié avec un jeune du coin, Hunter. Ils en deviennent presque inséparables. Mais pour être plus précise, on va suivre Antoine dans le présent et dans le passé pendant une bonne partie du livre. On comprend que ces moments du passé d'Antoine vont déboucher sur un événement majeur pour Antoine qui explique le présent. Antoine évolue au fur et à mesure de l'histoire. On le sent grandir, devenir un autre qui va passer de la vengeance à l'amour. 
Parmi les autres personnages, il y a aussi Lark, la sœur de Hunter. Elle est un peu un boulet pour son frère qui doit la traîner partout avec lui. Quand on la retrouve dans le présent d'Antoine, on la reconnaît à peine. On comprend que quelque chose d'important s'est passée sans savoir quoi. Elle tombe amoureuse d'Antoine. Un événement va les séparer, vont ils se retrouver ? Il faudra beaucoup de patience pour le savoir. 
Pour son frère, Hunter, on le découvre à travers Antoine comme Lark. On aura donc deux visions opposées au début du livre. On va le trouver sympa à moment et le détester, le haïr par la suite. 

Le troisième personnage qui est beaucoup présent c'est Cockie. Au début des livres on comprend que c'est un fou qui erre dans le village. Les chapitres sur lui sont très étranges. Il vit dans un autre monde. Il est devenu comme ça suite à un événement qui l'a traumatisé. Mais est il simplement fou ou juste un peu simplet ? 
Il y a deux autres éléments que je qualifierais presque de "personnages" tellement ils sont présents dans ce livre : les émotions et la nature dans sa globalité. Maud décrit les émotions à merveille. J'avais l'impression de les sentir et de les vivre. C'était parfois assez puissant, déconcertant. C'était parfois tellement fort que je ne suis pas certaine d'avoir tout compris mais ce n’est pas grave. Maud joue avec les mots et les sentiments à la perfection. Elle le fait tellement bien qu'elle nous perd et que l'on ne sait pas où l'on va mais on veut y aller quand même. Pour la nature, on sent qu'elle est hostile parfois ou qu'elle peut être bienveillante. Mais on la ressent aussi très fortement. Cette terre rouge j'avais l'impression de la voir. Cette eau, de la mer ou autre, j'ai crû que j'étais en train de la goûter. Et les odeurs ! Les bonnes comme les mauvaises (et surtout celle là) venaient me titiller le nez.
Je dirais donc que tout est vivant dans ce livre. La mort est quand même là, elle rode. Mais chaque personnage va se jouer d'elle jusqu'à ce que cela ne soit plus possible.
L'écriture est belle, soignée, fluide. L'histoire est bien construite. Les chapitres courts sont très bien car soit il parle d'une action précise qui se finit à la fin ou alors ils attisent notre envie de continuer. Le rythme est donc très bien choisi. On ne sort pas indemne de ce livre. C'est un coup de cœur de dingue ! 

Éditeur : Editions Anne Carrière - Date de parution : 6 Octobre 2016 - Prix : 19 euros - 252 pages

mardi 1 novembre 2016

Sois belle et t'es toi ! par Jérémy Bouquin


Résumé :
C’est l’histoire de Sam, 32 ans, enquêteur dans une boîte renommée de sécurité. En règle générale, il traque avec brio les espions, les arnaqueurs en cols blancs, les traders en ruptures de ban, les cadres peu scrupuleux… Cette fois son boss l’envoie sur une affaire minable, une éventuelle arnaque à l’assurance en Dordogne ! Une histoire classique en somme. Sauf que Sam n’est pas enquêteur, mais enquêtrice ! Enfin il, elle voudrait l’être. Il, elle s’évertue à se transformer, à quitter ce corps d’homme, ces tenues masculines, ces attitudes macho. Alors tout en se gavant de produits pour faire pousser les seins, tomber les poils, changer la voix, Sam fait le job… et mène l’enquête dans ce Bagdad Cafébrivois. Routiers testostéronnés comme jamais, pute en fin de parcours, VRP- dessinateur, tenancier mutique plus mafieu qu’il n’en a l’air et gendarmes bornés, les êtres curieux et originaux ne manquent pas. Et c’est heureux pour Sam qui tout en pensant à la belle petite robe rouge, qu’il pourra bientôt enfiler, dénoue les fils d’une intrigue bien plus complexe et surprenante qu’il n’y paraît. Sam est le premier héros transsexuel normal. Ici pas de voyeurisme malsain, pas de revendication outrancière, pas de combat… juste les états d’âme d’un être mal dans sa peau d’homme ! Ce malaise ne l’empêche bien évidemment pas, et c’est heureux, de se comporter comme une parfait salaud ou comme la pire des salopes, en cas de besoin.

Avis :
Premier livre que je lis de cet auteur mais sûrement pas le dernier. J'aurais l'occasion de le rencontrer lors du salon Polar sur Loire le 5 Novembre à Tours. Ce livre est édité chez une maison d'édition que j'aime, que j'adore : les éditions Lajouanie. Pour celles et ceux qui ne le savent pas, je suis amoureuse de leurs livres et surtout des couvertures qui sont toutes parfaites ! Des de vraies oeuvres d'art ! 
Ce roman est dit "policier mais pas que..." Et c'est effectivement le cas. 
Le personnage principal s'appelle Samuel. C'est un ancien flic qui est devenu enquêteur pour une société d'assurance. Il a dû changer de métier car Samuel veut devenir Samantha....Oui le personnage principal est un transsexuel. C'est une première pour moi de lire un livre avec un tel personnage principal. On va donc suivre une grande partie de sa transformation. Un peu sur le plan physique mais essentiellement sur le plan psychologique. C'est ce qui est le plus intéressant car on a envie de comprendre pourquoi il/elle en arrive là. On veut comprendre le cheminement précis de cette volonté de changer de corps.
L'enquête est du coup relayé souvent au second plan. Ce n'est pas pour moi l'essentiel du livre. Elle a plus servie de support pour la base du livre. Elle n'est pas pour autant traiter à la légère et mal. Elle reste logique et précise. Elle est aussi très humaine. 
Cette histoire est faite de beaucoup de rencontres qui vont influer plus ou moins fortement sur le déroulé de l'enquête mais aussi de l'évolution du personnage. C'est ce qui m'a le plus plu dans le livre. Le côté psychologique est très développé et même très bien.

Le livre est court et sans longueur. Les pages défilent vite. On s'attache à Sam au fur et à mesure que l'histoire avance. Ce personnage a beaucoup de courage et acquiert une forte volonté de s'en sortir. Le style est parfait, le rythme est là et nous entraîne. C'était un plaisir de lire ce livre.
Je suis définitivement une Lajouanie addict ! 

Éditeur : Lajouanie - Date de parution : 20 Mai 2016 - Prix : 18 euros - 200 pages

jeudi 27 octobre 2016

La fille de Kali par Céline Denjean


Résumé :
Toulouse : Éloïse Bouquet, de la Section de Recherches de la Gendarmerie, découvre Maurice Desbals, un ingénieur a priori sans histoire, dont le corps décapité a fait l'objet d'une macabre mise en scène : sur le mur, un swastika tracé avec le sang de la victime et, au pied du lit, un tas de piécettes et des pétales de fleurs faisant penser à une offrande. La tête du défunt, quant à elle, demeure introuvable…
Vengeance, règlement de comptes, acte de barbarie à connotation sectaire ?
Alors que l’enquête peine à démarrer, un meurtre identique est perpétré un mois plus tard à quelques kilomètres de la ville rose. Le spectre redouté d’une tueuse en série s’inspirant de la déesse Kali se matérialise alors…
Tandis que le capitaine Éloïse Bouquet et son équipe, aidés par un profileur, tentent de remonter la piste de cette psychopathe hors norme, Amanda Kraft, jeune et ambitieuse journaliste d’investigation, et Danny Chang, détective privé enquêtant de son côté sur un prétendu suicide,  mènent chacun de leur côté des enquêtes parallèles qui vont les mener jusqu’à l’antre de la tueuse…

Avis
Ce livre m'a été envoyé par l'auteur elle même. On s'est rencontré à Toulouse lors du salon Toulouse Polar du Sud. On a discuté, je lui ai parlé du site les Petits Mots des Libraires et de mon blog et elle a voulu m'envoyer un exemplaire de son dernier livre. C'est donc une première pour mon blog !
L'action se déroule à Toulouse et dans sa région principalement. On va suivre une enquête assez complexe. Des hommes sont retrouvés décapités et dans une mise en scène macabre et très étrange. L'enquête sera menée par Eloise Bouquet. C'est une jeune gendarme à la tête d'une équipe. C'est sa première grosse enquête et elle a coeur de la réussir. C'est une jeune femme attachante et on a envie qu'elle réussise J'ai beaucoup aimé son caractère un peu têtue, elle lâche pas le morceau.
Amanda Kraft, jeune journaliste qui veut faire ses preuves va aussi mener son enquête en parallèle. C'est une jeune femme très ambitieuse et aussi très énervante. Elle est prête à tout pour réussir, vraiment à tout. 
Et nous avons aussi Danny Chang, un détective privé qui mène une enquête qui peut sembler bien différente au début. C'est un ancien gendarme et cette enquête c'est sa dernière car la fille d'un défunt lui a promis une grosse somme. C'est un peu le cliché du flic borderline.
Ils vont chacun avancer à leur rythme et sur des pistes différentes. Ca donne quelque chose de très intéressant car seul le lecteur va avoir tous les éléments et pourra les mettre bout à bout bien avant que la fin arrive. On sait en faite assez vite qui est la tueuse. Au début de chaque partie, on en apprend un peu plus sur le passé de la tueuse. On est plongé au fur et à mesure dans la culture indienne avec beaucoup de détails et le vocabulaire qui va avec. C'est absolument passionnant et ça donne envie de pousser un peu les recherches.
Il y a cependant quelques points négatifs. Par moment les descriptions des lieux sont un peu trop longues à mon goût. On s'y perd un peu avant d'arriver à ce qui est important dans le chapitre. Et parfois il y a des chapitres qui n'apportent pas grand chose à l'histoire et à l'enquête.
Mais c'est un livre bien construit qui tient en haleine jusqu'à la fin. Le faite que la même enquête soit traiter de manière différente est une bonne chose car cela donne un rythme excellent. Des moments intéressant arrivent en fin de chapitre mais il faut parfois attendre quelques chapitres pour savoir ce qu'il va se passer.
Les 100 dernières pages sont parfaites. Tout s'accélère et on ne lâche pas le livre à moins d'avoir besoin de faire une pause pipi (c'est du vécu !). Jusqu'à la toute fin on ne sait pas si certains vont s'en sortir et si la tueuse sera attrapée ou pas.

Je vous recommence donc vivement ce thriller !!! Pour ma part je vais surveiller de près les écrits de Céline Denjean qui peut rivaliser avec les grands du genre ! 

Éditeur : Marabout - Date de parution : 28 Septembre 2016 - Prix : 19,90 euros - 504 pages

vendredi 21 octobre 2016

Harry Potter et l'Enfant Maudit par J.K Rowling/John Tiffany/Jack Thorne


Résumé :
Être Harry Potter n’a jamais été facile et ne l’est pas davantage depuis qu’il est un employé surmené du Ministère de la Magie, marié et père de trois enfants. Tandis que Harry se débat avec un passé qui refuse de le laisser en paix, son plus jeune fils, Albus, doit lutter avec le poids d’un héritage familial dont il n’a jamais voulu.
Le destin vient fusionner passé et présent. Père et fils se retrouvent face à une dure vérité : parfois, les ténèbres surviennent des endroits les plus inattendus.
D'après une nouvelle histoire originale de J.K. Rowling, John Tiffany et Jack Thorne, la nouvelle pièce de théâtre de Jack Thorne, Harry Potter et l'Enfant Maudit est la huitième histoire de la saga Harry Potter et la première histoire de Harry Potter officiellement destinée à la scène. 

Avis
Quel plaisir de retrouver l'univers et la magie de Harry Potter même sous forme de pièce de théâtre ! Je n'ai pas l'habitude d'en lire donc par moment j'avoue que j'étais un peu perdue et que j'ai du revenir en arrière et rester bien concentré pour comprendre l'histoire.
L'histoire en elle même est intéressante même si par moment j'ai cru y voir quelques incohérences par rapport aux tomes précédents. Mais de manière générale, on y croit et on succombe au charme de cette histoire. J'étais surprise de voir que malgré les 7 tomes précédents, l'auteur pouvait encore créer une nouvelle histoire qui tienne la route même si elle s'appuie sur ce qu'il s'est passé pendant le 4 ème tome "Harry Potter et la Coupe de Feu".
C'est un plaisir de retrouver Harry, Ron et Hermione et de voir ce qu'ils sont devenus. Ils restent cependant égaux à eux mêmes. Ils ont grandis et ont un peu changé cependant. Hermione a pris un peu plus de pouvoir et elle semble presque dominer Harry au début du livre. Puis au fur et à mesure des événements elle semble un peu dépassée. Ron est le personnage qui est peut être le moins exploité. Il m'a paru parfois trop distant par rapport à l'action mais on le reconnaît encore. Harry lui n'a pas changé ou presque. Maintenant qu'il est devenu père de famille, il semble porter encore et toujours le poids du monde sur ces épaules.
Le personnage de Drago est quand a lui presque méconnaissable même si on le reconnaît bien à sa rancœur permanente contre Harry. Il est très distant mais aussi très présent. Sa relation avec son fils Scorpius évolue beaucoup dans le livre et elle en devient magnifique.
Albus, le fils de Harry et Ginny, semble quand a lui ne rien à voir avec son père. La haine qui lui voue au début du livre est très intense et on se demande jusqu'au bout si ils vont se réconcilier. Ce personnage évolue beaucoup au fur et à mesure du livre et parfois on a du mal à le suivre.
Malgré quelques petits défauts, on prend plaisir à se plonger ou replonger dans l'univers magique d'Harry Potter. Je pensais que ce nouveau tome pourrait être celui de trop et qu'il n'aurait aucune utilité. Mais je pense que tous les fans avaient envie de savoir comment les choses allaient se passer pour Harry, Hermione et Ron après la bataille de Poudlard. Donc jetez vous sur ce nouveau tome ! 

Éditeur : Gallimard  - Date de parution : 14 Octobre 2016 - Prix : 21 euros - 352 pages

mercredi 12 octobre 2016

Avec tes yeux par Sire Cédric

Résumé :
Depuis quelque temps, Thomas fait des rêves atroces. D'épouvantables rêves qui le réveillent en sursaut et morcellent son sommeil qu'il a déjà fragile. Si ce n'était que ça ! Après une séance d'hypnose destinée à régler ses problèmes d'insomnie, il est en proie à des visions. Il se voit, à travers les yeux d'un autre, torturant une jeune femme... Persuadé qu'un meurtre est effectivement en train de se produire, il part à la recherche de la victime. Le cauchemar de Thomas ne fait que commencer. 

Avis :
C'est le premier livre de Sire Cédric que je lis et cela ne sera pas le dernier. Je l'ai lu dans le cadre d'une préparation pour Toulouse Polar du Sud. J'ai eu la chance de le rencontrer et c'est un auteur absolument adorable. Mais parlons du livre !
On commence direct par un chapitre qui nous met dans l'ambiance. On rencontre directement le tueur et la première victime du livre. Ce premier chapitre donne le ton et l'ambiance du livre. C'est très sombre, angoissant et aussi très violent. Tout est décrit, rien ne nous est épargné.
Ensuite on rencontre celui que nous allons suivre principalement, Thomas. Il parait assez banale au premier abord. Il travaille à son compte dans l'informatique. Il est en couple avec Sophie mais leur relation bat sérieusement de l'aile. Il souffre de problème d'insomnie et il décide de consulter un médecin qui va lui faire une séance d'hypnose. Mais celle ci va mal tourner... Il va se mettre à avoir des visions très réalistes...
Parmi  les autres personnages du livre nous allons suivre Nathalie Barjac qui est gardien de la paix. C'est une femme qui ne va pas très bien, elle est anorexique mais c'est un sujet tabou pour elle et ceux qui l'entoure. Elle va se sentir investit d'une mission quand son amie va être retrouver assassiner. Elle va transgresser toutes les règles pour retrouver le tueur.
Ces deux personnages vont devoir collaborer tant bien que mal pour retrouver le tueur. C'est un peu une course poursuite. Tout s’enchaîne à une vitesse de dingue. On a un peu le temps de souffler mais l'horreur nous rattrape très vite.
Le personnage du tueur est glaçant. Aucun indice ne filtre sur son identité avant la fin du livre. Mais l'image que l'on se fait de lui nous montre à quel point c'est un être terrifiant, sans pitié et qui prend un plaisir immense à torturer. J'ai ressenti parfois un certain malaise tellement cela va très loin mais c'est le but donc c'est réussi.
Tous dans ce livre est excellent. Le rythme est là et il est rapide. Le livre est long mais on est tellement pris par le rythme que les pages défilent à une vitesse folle. Quand on pense avoir trouver le tueur, on garde quand même un doute car rien n'est facile. Les chapitres dans la tête ou à travers les yeux du tueur sont parfois terrifiant et peuvent heurter les âmes sensibles mais moi j'ai adoré ! Les amateurs du genre devraient être comblés avec ce livre ! 

Éditeur : Presse de La Cité - Date de parution : 8 Octobre 2015 - Prix : 21,50 euros - 560 pages

vendredi 30 septembre 2016

Dernière escale par Sandra Martineau

Résumé :

Richard, ex-footballeur pro dont la carrière a pris fin après de multiples scandales, embarque avec femme et enfants sur le Cruise Constantino. C'est la croisière de la dernière chance pour renouer avec son épouse et son fils, un ado grincheux, et profiter enfin de la petite dernière. L'ex-star du Barça accueillie en VIP est l'objet de toutes les attentions : les passagères lui font les yeux doux, un journaliste le poursuit pour décrocher un interview, une voyante tente de lui prédire l'avenir... Bref, la croisière ne demande qu'à s'amuser, mais la star déchue, obnubilée par le souvenir de l'enlèvement de sa sœur, est persuadée qu'un prédateur rôde dans les coursives. Le paquebot débarquera-t-il autant de passagers qu'il en a embarqués ? Un footballeur un brin parano, une infirmière très accorte, une épouse toute meurtrie, un détective plutôt curieux, un équipage trop attentionné... la croisière s'annonce mouvementée. Embarquement immédiat pour un roman à suspense mais pas que...

Avis

J'ai découvert Sandra à l'occasion du salon du livre à Angers, "Imagn'ère". Je deviens une grande fan des éditions Lajouanie. Leurs livres sont déjà très beau. Les couvertures sont toujours sublimes, le format est parfait. Mais en plus de ça le contenu jusqu'à maintenant ne m'a jamais déçu, il a été toujours au delà de mes espérances.
Le sous titre de ce roman est "roman policier mais pas...". J'avoue que cela intrigue beaucoup mais cela laisse aussi présagé beaucoup de rebondissements....
Le personnage de Richard qui nous allons suivre est tantôt attachant et tantôt agaçant. On a parfois un peu pitié pour lui car il n'est pas du tout épargné ! Il va être très maltraité tout au long du livre. On ne comprend pas vraiment pourquoi, on se dit qu'il n'a vraiment pas de chance. Son passé va le rattraper de plein fouet pendant cette croisière. Il est très maladroit dans sa façon de faire mais malgré ses défauts et les fautes qu'il va commettre on a envie qu'il s'en sorte.
Sa famille n'est pas des plus faciles. Sa femme est un personnage très distant que l'on a beaucoup de mal à comprendre. Son fils vit une crise d'adolescence très mouvementé. On a très souvent envie de lui mettre une claque pour lui remettre les idées en place. Éléonore la petite fille du couple est absolument attachante.
Dans cette histoire, on est souvent un peu perdu et on ne peut pas anticiper la suite ou faire des suppositions. Tout reste confus et cela est en faite volontaire. C'est même habilement mené par l'auteur car on est loin de se douter de ce qu'il se cache derrière toute cette histoire. Je l'avoue je me suis faite complètement avoir du début à la fin pour mon plus grand plaisir. C'est extrêmement bien construit et bien écrit. L'ambiance est très prenante. Le rythme est là et j'adore l'accélération à la fin qui fait que l'on ne lâche pas le livre. J'ai beaucoup aimé le faite d'alterner entre différents personnages et donc différents points de vue ainsi on se perd encore plus et on doute. Un gros plus de ce livre c'est la manière dont les personnages sont décrits. L'auteur nous donne beaucoup de détails si bien qu'on a l'impression de les connaître. On les visualise encore mieux. 
C'est un coup de cœur que je recommande vivement !!

Edition : Lajouanie - Date de parution : 15 Avril 2016 - Prix : 19 euros - 300 pages

dimanche 25 septembre 2016

Delta Charlie Delta par Laurent Guillaume


Résumé
Mako est flic au quart de nuit du Val-de-Marne lorsqu'un crime atroce est commis sur son secteur. Mais l'enquête est confiée à la direction de la police judiciaire en raison de sa gravité : une jeune femme inconnue a été violée et laissée pour morte dans une caravane abandonnée dans un parking souterrain.
Par ailleurs, la violence se déchaîne dans la banlieue. En quelques jours, plusieurs dealers sont victimes de fusillades qui ont l apparence de règlements de compte. Herman, un junky ultra violent se suicide en se tirant une balle dans le cœur. Chargé de la procédure,
Mako enterre l'enquête pour protéger les proches de la victime, en particulier Angy, une adolescente en perte de repères. Aussi, lorsque les parents d Herman sont retrouvés assassinés après avoir été torturés, Mako en fait une affaire personnelle et se met en chasse.
Il pressent que l'affaire de la fille dans la caravane et les assassinats de dealers sont liés et cachent un monstrueux secret. Pour en avoir le cœur net, il s'allie avec Marie Auger, capitaine de la PJ, une jeune femme brillante, mais ébranlée par un drame personnel. Les deux flics, malgré leurs différences, vont faire équipe de manière officieuse et franchir la ligne rouge pour résoudre l'enquête, jusqu'à découvrir le pire.

Avis :
C'est le premier livre de Laurent Guillaume que je lis et ce ne sera pas le dernier. Je l'avais découvert au salon du livre et du vin à Saumur en 2015. Il m'avait impressionné et même intimidé par sa carrure plutôt impressionnante. 
Dans ce livre on va suivre l'histoire de "Mako" et de Marie Auger. Ces deux histoires vont être distinctes au début. Mais elles vont assez vite n'en faire qu'une. Pour résoudre cette enquête ils vont devoir franchir la ligne rouge. Cela m'a un peu changé de certains polars où en général on frôle la limite sans la dépasser. L'histoire est violente voir extrêmement violente mais elle nourrit l'histoire.
Le personnage de Mako apparaît au début du livre comme étant très froid et très dur. Son coéquipier au début du livre ne va pas supporter cet homme qui a sa manière de faire. Mako n'aime pas trop les règles. Il aime faire les choses à sa façon. Donc au début on ne l'aime pas trop. Mais l'arrivée d'Angy va tout changer dans la vie de Mako et là on va voir une autre facette de personnage. Sa carapace va se fissurer et son univers va être chamboulé. A la fin du livre on se dit que c'est un homme que l'on aimerait bien connaître un peu plus et que l'on aimerait rencontrer. Petit plus que j'ai bien aimé c'est qu'il aime les animaux.
Marie est un peu à l'opposé de Mako. C'est une mère de famille qui tente tant bien que mal de concilier sa vie privée et sa vie professionnelle. On sent que c'est une femme très sensible. Elle essaye aussi de se forger une carapace mais l'enquête auquel elle va être confronté va la rattraper très vite. Sa vie familiale va être mise en péril et cela à cause d'un secret trop longtemps enfoui.

La lecture de ce livre est très agréable. Je découvre avec plaisir la plume de Laurent Guillaume. L'action est bien menée, il y a un sacré rythme par moment mais les temps plus calme sont très agréables. L'évolution des deux personnages est très bien faite. On est heureux pour eux à la fin du livre que j'ai trouvé particulièrement belle. Ils méritent tout les deux ce qui leur arrive à la fin du livre. C'est donc un très bon thriller qui se lit vite et bien. Mais attention certaines scènes plutôt violentes peuvent heurter les âmes sensibles.

Edition : Denoël - Date de parution : 12 Mars 2015 - Prix : 19,90 euros - 272 pages

lundi 19 septembre 2016

La Mésange et l'Ogresse par Harold Cobert


Résumé : 

" Ce que je vais vous raconter ne s'invente pas. "
22 juin 2004. Après un an d'interrogatoires, Monique Fourniret révèle une partie du parcours criminel de son mari, " l'Ogre des Ardennes ". Il sera condamné à la perpétuité. Celle que Michel Fourniret surnomme sa " mésange " reste un mystère : victime ou complice ? Instrument ou inspiratrice ? Mésange ou ogresse ?
Quoi de plus incompréhensible que le Mal quand il revêt des apparences humaines ?
En sondant les abysses psychiques de Monique Fourniret, en faisant résonner sa voix, jusqu'au tréfonds de la folie, dans un face à face tendu avec les enquêteurs qui la traquent, ce roman plonge au cœur du mal pour arriver, par la fiction et la littérature, au plus près de la glaçante vérité.

Avis

Ce livre fait partie de ceux de la rentrée littéraire. J'ai eu envie de le lire après en avoir entendu parler par Cédrik Armen, booktubeur. Je trouvais le sujet du livre intéressant et j'étais curieuse de voir comment l'auteur allait le traiter. 
Ce livre est classé comme roman mais après la lecture, je me suis dit que l'on pouvait le classer dans plusieurs catégories. Le livre est basé sur l'affaire Fourniret et plus précisément sur la première année à partir du moment où Michel Fourniret est incarcéré après qu'une de ses victimes qui lui est échappé et est porté plainte. Dans ce livre on enchaîne plusieurs chapitres très distincts. 
Il y a les chapitres où sont retranscrits certains interrogatoires de Monique Fourniret. Ils sont retranscrits de manière très simple et permettent de voir une facette de Monique Fourniret.
D'autres décrivent ce qu'on subit certaines victimes sans aller très loin parfois mais suffisamment pour que le lecteur comprenne ce qu'il va se passer ensuite. 
D'autres chapitres nous font vivre l'enquête au plus près de ce qu'on vécue les membres de l'équipe plus particulièrement de Jacques, celui qui dirigeait cette équipe. On voit aussi bien les moments où ils enquêtent mais aussi la vie privée de Jacques. On voit l'impact que cette enquête a eu sur sa vie personnelle. Ces chapitres permettent une vision d'ensemble et de comprendre comment ils ont vécus cette enquête qui sera unique dans leurs carrières.
Enfin il y a les chapitres où nous sommes dans la tête de Monique Fourniret. L'auteur s'est mis à la place de cette femme pour la comprendre ou du moins essayer. Ils sont très perturbants. Au début j'ai cru que c'était réellement Monique Fourniret qui s'exprimait, c'est dire à quel point ils sont très bien écrits. Ils permettent de mieux cerner ce personnage qui est resté très discret mais qui avait en faite une grande part de responsabilité dans ce qu'il s'est passé.
Le livre s'intéresse donc à deux points de vue : celui de Monique Fourniret et celui de l'enquêteur. On sent bien que l'auteur a fait un travail de recherche considérable. L'auteur nous parle de la vie de Monique Fourniret avant sa rencontre avec Michel Fourniret et cela permet vraiment de la voir dans son ensemble. Tout est très précis. L'ambiance est extrêmement bien retranscrite. Les chapitres sont cours et l'alternance donne un rythme parfait au livre. Au début du livre on hésite sur la manière de qualifier Monique Fourniret : victime ou coupable ? Mais plus on avance et surtout à la fin du livre, on comprend qu'elle a une très grande part de responsabilité. La lecture est très prenante et sur la fin on n’a pas envie de le lâcher avant d'aller au bout du livre. Même si on connaît les faits et la manière dont cela se finit, ce livre permet de voir cette affaire d'une manière différente. 
C'est un vrai gros coup de cœur !!!

Edition : Plon - Date de parution : 18 Août 2016 - Prix : 20 euros - 425 pages

lundi 12 septembre 2016

Dust par Sonja Delzongle


Résumé :

Installée à New York, Hanah Baxter, profileuse française de renom qui traque les tueurs en série, est appelée en renfort par la police de Nairobi dont l'enquête piétine. Depuis plusieurs mois, on retrouve des croix de sang tracées dans la poussière, mais aucun cadavre. Crimes de psychopathe ? Meurtres rituels ? Sorcellerie ? Dès son arrivée au Kenya, Hanah découvre que des hommes et des femmes albinos sont massacrés à la machette. Cette double enquête conduira la profileuse aux confins de la folie humaine...

Avis

Toujours en préparation du salon du Polar à Toulouse en Octobre, j'ai décidé de découvrir la plume de Sonja Delzongle. 
Dans ce livre, on va d'abord faire connaissance avec le personnage principale, Hanah Baxter. Elle habite aux Etats Unis mais elle est française. On comprend qu'elle a une vie mouvementée. Elle vit seule et entretient une relation compliquée avec Karen. C'est une profileuse qui se sert d'un pendule et de ce qu'elle ressent pour résoudre des enquêtes.
Elle va être contacté par Collins avec qui elle a déjà travaillé sur une autre affaire très délicate. Cela va l'emmener à partir de nouveau dans un pays qu'elle connaît bien, l'Afrique et plus précisément au Kenya. Elle va travailler sur une affaire assez étrange. Depuis 2 ans, la police au Kenya est dans l'impasse sur une affaire. Des croix faites avec du sang humain sont retrouvées un peu partout à travers la capitale. Cette affaire qui m'a paru assez simple au début au vue de la vitesse de l'enquête ne l'était pas du tout. Assez vite on est au contact du tueur. Mais c'est sans compter sur le faite que l'enquête va comporter des ramifications.
Le sujet qui va être traité de manière générale dans le livre c'est celui des albinos en Afrique. Beaucoup de détails sont donnés par l'auteur sur le sort qui est réservé aux albinos ainsi que toutes les croyances obscurs autour des supposés pouvoirs qu'ils auraient. C'est assez terrifiant vu la manière dont l'auteur en parle mais le faite de l'intégrer à l'enquête donne une certaine forme de crédibilité et rend le sujet intéressant. Cela m'a aussi donné envie de faire quelques recherches sur le sujet.
Dans ce livre il y a beaucoup de personnages. Une grande partie d'entre eux va être traité avec beaucoup de détails. Ainsi on s'en imprègne plus facilement. Ils sont détaillés au fur et à mesure des besoins de l'histoire. Le suspense est ainsi présent tout au long de l'histoire.
Le récit est très riche en détails. Parfois il l'est un peu trop et cela crée quelques longueurs. Par exemple il faut attendre les 100 premières pages pour que les choses commencent vraiment. Mais le style, l'écriture est agréable à lire. 
C'est un bon thriller qui tient en haleine jusqu'au dénouement. Arrivé à la moitié du livre, on pense avoir trouvé le tueur de l'enquête de départ mais l'auteur arrive à nous faire douter jusqu'à la fin.

Éditeur : Folio - Date de parution : 1 Avril 2016 - Prix : 8,20 euros - 560 pages

mercredi 7 septembre 2016

Petit pays par Gaël Faye


Résumé

En 1992, Gabriel, dix ans, vit au Burundi avec son père français, entrepreneur, sa mère rwandaise et sa petite sœur, Ana, dans un confortable quartier d’expatriés. Gabriel passe le plus clair de son temps avec ses copains, une joyeuse bande occupée à faire les quatre cents coups. Un quotidien paisible, une enfance douce qui vont se disloquer en même temps que ce « petit pays » d’Afrique brutalement malmené par l’Histoire. Gabriel  voit avec inquiétude ses parents se séparer, puis la guerre civile se profiler, suivie du drame rwandais. Le quartier est bouleversé. Par vagues successives, la violence l’envahit, l’imprègne, et tout bascule. Gabriel se croyait un enfant, il va se découvrir métis, Tutsi, Français…

Avis

Ce n'est pas dans mon habitude de lire les livres de la rentrée littéraire mais celui ci a attiré ma curiosité. Beaucoup de libraires (exemple : http://lespetitsmotsdeslibraires.fr/2016/08/25/petit-pays/ ) sur le site "Les petits mots des libraires" en ont parlé. En général c'est plutôt bon signe car le libraire est toujours de bon conseil. Le livre a déjà gagné le prix du roman Fnac 2016 et il est sur la liste pour le Goncourt. Ce livre est aussi un premier roman.
Pendant tout le livre on va suivre Gabrielle qui préfère qu'on l'appelle Gaby. Il vit au Burundi avec ses parents, son père est français et sa mère est du Rwanda, et sa jeune sœur Ana. Son père est un entrepreneur qui gagne plutôt bien sa vie. Sa mère a fui son pays lors des premières persécutions entre Tutsis et les Hutus. Gaby a plein d'amis dont on fait la connaissance assez vite dans le livre. On va les voir grandir ensemble dans ce pays qui à ce moment là est assez calme. L'évolution de la situation politique n'est ce qu'il y a de plus important dans ce livre, elle reste en toile de fond mais elle va influencer le devenir des personnages. Les choses vont basculer à la moitié du livre quand vont arriver les élections dans son pays. On va tout vivre à travers son regard d'enfant. Par la force des choses il va être obligé de grandir un peu plu vite même si il semble naturellement très mature. Le faite de vivre l'histoire du livre à travers son regard est très intéressante car il y a de la sincérité et parfois une certaine forme de naïveté. On s'attache très vite à ce petit garçon que l'on voit grandir et changer au fur et à mesure de ce qu'il se passe dans son pays mais aussi dans le pays de sa mère. Il y a là une quête d'identité pour arriver à se définir, à un moment du livre il le dit lui même quand on lui demande de choisir un camp. On apprend beaucoup de choses sur les événements de cette époque. Les faits sont donnés de manières précises et assez compréhensibles pour comprendre la complexité de la situation de Gaby et sa famille.

C'est un très beau livre qui se lit très bien. L'écriture est agréable et fluide. Plus on arrive vers la fin, plus les choses s'accélèrent. C'est une belle leçon d'humanité et un très beau moment de lecture. Pour un premier roman j'ai envie de dire que c'est une réussite ! 

Éditeur : Grasset - Date de parution : 24 Août 2016 - Prix : 18 euros - 224 pages

lundi 5 septembre 2016

Serre moi fort par Claire Favan


Résumé

" Serre-moi fort. " Cela pourrait être un appel au secours désespéré.
Du jeune Nick, d'abord. Marqué par la disparition inexpliquée de sa soeur, il est contraint de vivre dans un foyer brisé par l'incertitude et l'absence. Obsédés par leur quête de vérité, ses parents sont sur les traces de l'Origamiste, un tueur en série qui sévit depuis des années en toute impunité.
Du lieutenant Adam Gibson, ensuite. Chargé de diriger l'enquête sur la découverte d'un effroyable charnier dans l'Alabama, il doit rendre leur identité à chacune des femmes assassinées pour espérer remonter la piste du tueur. Mais Adam prend le risque de trop, celui qui va inverser le sens de la traque. Commence alors, entre le policier et le meurtrier, un affrontement psycho logique d'une rare violence...

Avis :

Second livre que je lis dans le cadre du salon du polar à Toulouse en Octobre. Je le lis aussi sur recommandation du groupe Facebook "Mordus de Thrillers" (merci!!!!!). Et j'ai très bien fait de leur demander conseil entre les 3 livres que je possède de Claire Favan.
Sur la 4ème de couverture, le livre est recommandé par 3 personnes et pas par n'importe qui : Gérard Collard (que l'on ne présente plus), Bruno Lamarque (libraire à la librairie Renaissance de Toulouse et qui s'occupe du salon du polar) et pour finir celui envers lequel je n'ai plus aucune objectivité tellement j'en suis ultra fan : Olivier Norek. Rien qu'avec ça, ça donne déjà envie de le lire ! 
Le livre est en 3 parties. La première partie, c'est l'histoire de la sœur de Nick qui disparaît de manière inexpliqué. Toute l'histoire est vue du point de vue de Nick. C'est un jeune ado un peu mal dans sa peau et assez transparent aux yeux de ses parents. Seule sa sœur Lana semble avoir grâce pour ses parents. Suite à la disparition de sa sœur, ses parents vont sombrer progressivement dans une profonde dépression. Nick va devoir assurer le rôle de chef de famille tout en poursuivant sa scolarité. Puis suite à un événement, ses parents vont refaire surface. Pour Nick c'est un peu le drame car il va perdre toutes libertés de faire ce qu'il a envie. Je me suis attaché ce personnage que j'ai trouvé très courageux malgré ce qu'il vivait. Et en même temps, je me demandais pourquoi il ne demandait pas de l'aide et parfois c'était énervant. 
Puis la fin de la première partie arrive et là c'est la claque en une phrase, 5 mots....
La seconde partie commence quelques années plus tard. Trois gamins dans une forêt vont découvrir une grotte suite à l'effondrement du toit. Dans cette grotte ils ont découvrir des cadavres. La police va découvrir qu'il y a presque 25 cadavres momifiés, disposés d'une certaine manière et pas habillé n'importe comment. L'enquête est dirigée par Adam Gibson qui vient juste d'enterrer sa femme après des années et des années de maladie. Sa famille est en souffrance et surtout ces enfants et sa fille qui le déteste. Il va donc devoir gérer sa vie de famille et cette enquête très lourde. La fin de la seconde partie on la voit presque venir mais on est très loin d'imaginer une seule seconde l'ampleur qu'elle va prendre. Après l'avoir finie, j'ai dû faire une pause car c'est assez difficile à lire vu le niveau de violence. C'est la seconde claque que l'on se prend....
Le lien entre la première et la seconde partie on va assez vite le comprendre. A partir de là, les choses vont s’accélérer puissance 10 avec la troisième partie. Je n'en dirais rien pour ne pas vous gâcher le plaisir. On a peur, on angoisse pour l'un personnage. Quand on a espoir qu'il s'en sorte, on fait deux pas en arrière tout de suite et cela jusqu'à la toute fin. La fin m'a laissé sans voix. On ne s'y attend pas du tout mais en même temps on se dit qu'il n'avait pas le choix que d'en arriver là. Mais le lecteur sera le seul à savoir. Donc la troisième partie c'est la troisième claque....
On commence donc doucement le livre, on prend le temps de bien connaitre tout le monde, de bien poser les choses et aussi de bien se faire manipuler par l'auteur !! Ce livre c'est un sacré page-turner. On ne peut pas le lâcher ou presque juste le temps de reprendre son souffle et encore ! La tension ne vous lâche pas !! Je l'ai lu en un weekend, je l'ai dévoré ! C'est un coup de cœur de chez coup de cœur ! Un thriller parfait ! Donc foncez de suite chez votre libraire !! 

Éditeur : Robert Laffont - Date de parution : 11 Février 2016 - Prix : 20 euros - 384 pages

vendredi 2 septembre 2016

L'administrateur provisoire par Alexandre Seurat

Résumé :
Découvrant au début du récit que la mort de son jeune frère résonne avec un secret de famille, le narrateur interroge ses proches, puis, devant leur silence, mène sa recherche dans les Archives nationales. Il découvre alors que son arrière-grand-père a participé à la confiscation des biens juifs durant l'Occupation. Le récit tente d'éclairer des aspects historiques souvent négligés jusqu'à récemment, l'aryanisation économique de la France de Vichy, crime longtemps refoulé par la mémoire collective. Une enquête à la fois familiale et historique bouleversante, s'appuyant sur des documents réels.

Avis :
   Le premier roman d'Alexandre Seurat, La Maladroite, avait été une sacrée claque pour moi. Ce roman abordait un fait divers sur la maltraitance d'une enfant. J'attendais donc ce second roman avec impatience.
   Lors d'un repas de famille, on évoque le grand père qui pendant la seconde guerre mondiale travaillait à l'oflag. C'est un camp de prisonniers pour les officiers. Ils étaient traités dans de bonnes conditions. On apprend que ce grand-père travaillait dans une usine pour fabriquer des pneus. Mais ce grand-père a pu quitter ce camp plus tôt que les autres grâce à son père. Celui qui raconte l'histoire demande ce que faisait son arrière grand-père pendant cette période. Il apprend alors par un membre de la famille qu'il (Raoul H.) était administrateur provisoire au ordre du Commissariat général aux questions juives. C'était un peu LE secret de famille dont personne ne voulait parler. A partir de là, son arrière petit fils va se lancer dans des recherches pour retrouver des preuves et comprendre ce qu'il faisait...
   Dans ce livre on en apprend beaucoup sur cette époque peut connu de la seconde guerre mondiale. L'auteur cite des textes de lois de l'époque qui explique le rôle des administrateurs provisoires. En le faisant ainsi, il ne porte aucun jugement sur ce qu'il faisait. Mais le narrateur lui nous montre bien qu'au fur et à mesure des découvertes qu'il va faire, il est de plus en perturbé. Il ne cherche pas l'excuser mais à comprendre. Il doit aussi gérer la perte de son frère dans des circonstances que je n'ai pas réussi à comprendre. Son ombre plane en permanence au dessus de cette histoire mais cela reste trop flou.
   En parallèle des recherches, on a des retours en arrière avec des mises en scène des passages de la vie de cet arrière grand-père mais aussi sur des scènes du passé du narrateur. Ces retours se mêlent au présent de manière parfois assez étrange si bien que par moment je me suis un peu perdue dans l'histoire.
   Vers la fin du livre, le narrateur va se focaliser sur la vie de deux des personnes dont son arrière grand père a gérer les biens. Ces deux parties sont intéressantes qu'elles permettent de montrer la situation dans son ensemble et l'impact qu'avait les décisions des administrateurs provisoires sur la vie de ces familles. On peut aussi mieux comprendre qui était cet arrière grand-père.
   Au fur et à mesure de ces recherches et en toile de fond, le narrateur va interroger les membres de famille pour savoir ce qu'ils savaient sur Raoul H. On va ainsi voir que les relations dans cette famille sont compliqués et parfois dans un équilibre très précaire.
  Ce livre est très intéressant par rapport au sujet qu'il traite. Mais il y a des points négatifs. On se perd assez facilement car tout est un peu mélangé entre le présent, le passé ou même ce qui m'a paru être des rêves. On passe trop vite d'une scène ou d'une époque à l'autre dans un même chapitre. Et il y a ce fameux frère, je n'ai pas compris l'utilité du personnage dans cette histoire. Ce livre est donc une petite déception. Mais si on a envie d'en apprendre plus sur cette période de l'histoire via la fiction il reste très intéressant.

Éditeur : Editions du Rouergue - Date de Parution : 17 Août 2016 - Prix : 18,50 euros - 181 Pages